A BOY AND SUNGREEN, conte adolescent moderne, suit les pérégrinations de deux amis à peine plus hauts que trois pommes et pourtant déjà plongés dans le monde adulte


A BOY AND SUNGREEN 보희와 녹양

de AHN Ju-young - 2019 - 1h39

SYNOPSIS

Bo-hee et Nok-yang ont 14 ans et traînent tout le temps ensemble. Il est timide et fragile, elle est culottée et intrépide. Elle se rêve cinéaste mais s’endort toujours au cinéma. Il a un prénom féminin et ne le vit pas très bien. Lorsque Bo-hee apprend que son père qu’il croyait mort est en fait bien en vie, il se met en tête de le retrouver, avec l’aide de Nok-yang.

LE COMMENTAIRE DE DAVID TREDLER, CHEF PROGRAMMATEUR AU FFCP

Qu’il est bon de respirer une grande bouffée de fantaisie parfois. C’est ce que propose A BOY AND SUNGREEN, conte adolescent moderne qui suit les pérégrinations de deux amis à peine plus hauts que trois pommes et pourtant déjà plongés dans le monde adulte. Il y a de la pétulance dans ce premier film, mais aussi énormément de tendresse. AHN Ju-young a pris le risque de ne pas suivre la norme du cinéma indépendant coréen traitant de l’adolescence, trop souvent engoncé dans le malheur. La fraîcheur déborde de A BOY AND SUNGREEN. La réalisatrice n’hésite pas à laisser le sérieux de côté pour mieux appuyer les moments qui comptent. C’est un regard sur l’enfance attachant, peuplé de personnages truculents. Le cinéma indépendant coréen a parfois du mal à embrasser la comédie avec justesse. A BOY AND SUNGREEN vient prouver avec beaucoup de cœur que c’est pourtant possible.

AHN JU-YOUNG

AHN Ju-young est née en 1981 à Séoul. Après avoir étudié le français et la littérature à l’Université Hongik, elle a étudié le cinéma à la Korean Academy of Film Arts. Après quelques courts-métrages remarqués, dont CARTWHEEL (2014), AHN Ju-young réalise avec A BOY AND SUNGREEN son premier long-métrage.


Mercredi 30 octobre à 14h45 | Salle 1

Vendredi 1er novembre à 11h50 | Salle 1