SEOUL STATION 서울역

de YEON Sang-ho - 2016 - 92 min

SYNOPSIS

Sortis des entrailles de la gare de Séoul, là où de nombreux sans-abris ont trouvé refuge, des zombies envahissent la ville. Alors que l’épidémie s’étend rapidement, plusieurs personnages se cherchent, s’évitent, s’entraident ou se dévorent : une jeune fille en errance, son petit ami bon à rien qui cherche à la prostituer et son père, rugueux et autoritaire... Un personnage de SDF loquace et emblématique vient compléter ce quatuor qui va devoir s’employer à survivre.

La préquelle de <dernier train pour busan>, le film aux 11 millions d'entrées au box office coréen

LE COMMENTAIRE DE CHOI DAYAE, PROGRAMMATRICE AU FFCP

Après THE FAKE, projeté au FFCP en 2014, YEON Sang-ho livre un film dont la noirceur implacable tient à ce constat : nos seuls alliés dans le chaos sont aussi ceux qui cherchent à nous asservir. Il est notable que si le film prolonge la réflexion du réalisateur concernant l’état de la société coréenne, il constitue aussi le relais vers son dernier opus, le blockbuster DERNIER TRAIN POUR BUSAN, sorti cet été dernier sur les écrans français après 11 millions d’entrées au box-office coréen. Les films de zombies sont souvent sous-tendus par une critique de la société, c’est une chose entendue. Que ce soit par sa noirceur ou son propos, SEOUL STATION ne déroge pas à la règle. Par l’opposition entre la description des déplacements des survivants et la représentation de l’impasse, de la prison à ciel ouvert ; par la force de l’animation, qui donne au visage du moindre personnage une force expressive qui contribue à la tension permanente ; par la qualité, enfin, d’une écriture sans concession qui tire les situations jusqu’à leur terme abominable et imparable, SEOUL STATION parvient à nous maintenir en haleine tout du long. Et trouve instantanément sa place parmi les classiques du genre !

YEON SANG-HO

YEON Sang-ho a commencé sa carrière de réalisateur en 2000 avec le court-métrage D-DAY, qui sera suivi en 2003 par un second court, THE HELL, puis LOVE IS PROTEIN en 2009. En 2001, il réalise son premier long-métrage d'animation, THE KING OF PIGS, qui lui vaut une première invitation au Festival de Cannes et sera récompensé de 3 prix dans des festivals internationaux.  EN 2013, il revient avec THE FAKE, son second long-métrage d'animation largement acclamé par la critique pour son traitement unique des dérives sectaires. SEOUL STATION sort en Corée en 2015, et Sang-ho s’attelle tout de suite après à la réalisation de son premier film non-animé, DERNIER TRAIN POUR BUSAN.


Mercredi 26 octobre - 18h30
Lundi 31 octobre - 18h50